L'Actualité, les nouveaux albums, les concerts, l'histoire de tous les Jazz

BE-BOP
COOL
BOP
SWING

Derniers Posts

SUR LA ROUTE DU JAZZ/ CARLOS PATATO VALDES

Carlos Patato Valdes était un grand joueur de congas, il est connu pour accorder ses fûts.Il naît à Cuba et vient aux Etats Unis dans les années 50 où il commence à jouer avec Dizzy Gillespie, les percussionnistes Mongo Santamaria et Machito.En 1967, il sort son premier album en compagnie

Lire la suite

ACTU CONCERT/ FESTIVALS/ JAZZ A VIENNE

L’été arrive et les Festivals sont attendus des aficionados du Jazz.Aujourd’hui on vous parle de Jazz à Vienne et on présente plutôt les artistes peu connus. Place d’abord au Jazz des artistes féminines.Le samedi samedi 29 juin, vous assisterez à un concert exclusivement féminin.Nirina Rakotomavo est une jeune artiste à

Lire la suite

NOUVEAUTE ALBUM/ KENNY BARRON/ BEYOND THIS PLACE

Après un album en solo en 2023 qui était une sorte d’introspection, le pianiste Kenny Barron revient avec un projet intitulé “Beyond This Place”. Il est entouré d’Immanuel Wilkins et de ses compagnons depuis quelque temps Jonathan Blake et Kiyoshi Kitagawa. Le vibraphoniste Steve Nelson joue sur la plupart des

Lire la suite

IMPRESSIONS CONCERT/ KEVIN REVEYRAND/ 08 juin 2024

Après deux albums enregistrés en 2018 et 2020, “Reasons And Heart” et “Todos Juntos, le bassiste Kevin Reveyrand vient de publier “Yolo”, en compagnie de musiciens raffinés. Samedi soir, ce musicien talentueux et son quartet étaient sur la scène du Hot Brass, club historique d’Aix en Provence.Dans les premiers instants,

Lire la suite

Jazz

ACTU CONCERT/ JAZZ AUX QUATRE COINS/

Lucas Santtana chanteur et multi-instrumentiste Brésilien sera à la Salle Nougaro de Toulouse le 31 mai. Entre Bossa Nova, musique électronique et Soul Funk, la soirée est un voyage à travers les styles. Cet artiste a enregistré cinq ou six albums.La voix de Lucas vous enveloppe et vous emmène. Il a plusieurs albums à son actif dont “O Paraiso”. On entend de jolis arpèges à la guitare, un joli timbre de voix.Pour les arrangements on entend parfois des sons électros, quelques cordes aussi.Les sonorités sont douces et lounge. Le chanteur

Lire la suite

ACTU CONCERT/ JAZZ AUX QUATRE COINS

On commence ce tour d’horizon des concerts en Province, par la Bretagne et le Château de Combourg. La formation “Fireflies Swing Orchestra” passera le 19 mai dans ce site magnifique.La musique de cet ensemble puise dans le répertoire Jazz Swing celui des années 30, dont sont issus de nombreux standards.La chanteuse Marion Thomas a repris “I’ll Remember April” en compagnie du guitariste Alexis Marti, du contrebassiste Benjamin Clément et du saxophoniste Alexandre Deschamps. Le swing est souple, distillant la bonne ambiance. Avec une autre formation, elle reprend “Some Swing Else”

Lire la suite

IMPRESSIONS CONCERT/ LAURENT COQ

Laurent Coq était jeudi 25/04,au Club 27, club de Jazz Blues que je ne vous présente plus.Le pianiste nous a joué des compositions originales complexes du point de vue rythmique et harmonique.Il ouvre le concert par un morceau écrit autour d’un motif solide sur un rythme binaire que la contrebasse et la batterie amplifient par leur énergie. Très baroque “Around The Corner” est écrit autour de motifs denses où les variations de rythme sont nombreuses. Au milieu du morceau les musiciens passent en swing.La seconde composition, “Confidence”, est traversée aussi

Lire la suite

ACTU CONCERT/ JAZZ AUX QUATRE COINS

Dans les provinces de très beaux concerts se déroulent et en cette saison de Printemps, les scènes se créent en extérieur. On commence avec Julian Lage, l’un des grands guitaristes de la scène internationale.gé seulement de 17 ans, il joua aux côtés de Gary Burton sur son disque “Générations”.Déjà, son discours composé de phrases mélodieuses et techniques à la fois, est la preuve d’une grande maturité. Il est maintenant un grand guitariste qui a joué avec des grands comme Fred Hersch, Bill Frisell et Charles Lloyd.Nous avons chroniqué son album

Lire la suite
SWING
BE-BOP
HARD-BOP
COOL

NOUVEAUTE ALBUM/ KENNY BARRON/ BEYOND THIS PLACE

Après un album en solo en 2023 qui était une sorte d’introspection, le pianiste Kenny Barron revient avec un projet intitulé “Beyond This Place”. Il est entouré d’Immanuel Wilkins et de ses compagnons depuis quelque temps Jonathan Blake et Kiyoshi Kitagawa. Le vibraphoniste Steve Nelson joue sur la plupart des morceaux.
Ce nouvel opus s’ouvre par la ballade “The Nearness Of You”. Elle est servie à merveille par une sonorité crépitante à l’alto. Immanuel Wilkins interprète la mélodie avec beaucoup de douceur et de poésie, ses notes ses errances ses pointes de Blues sont grandioses.
La batterie et la contrebasse sont d’une grande légèreté, le piano lui aussi va en douceur.
Le second morceau “Scratch” commence sur les chapeaux de roue avec une ligne de contrebasse et une conduite de batterie qui vont à toute allure.Il avait déjà été enregistré par Kenny sur l’album du même nom. Il est âpre, rugueux, complexe voire Monkien dans l’esthétique avec de nombreuses dissonances. Sur un tempo up introduit par la contrebasse et la batterie, le piano, le vibraphone et le saxophone présentent le thème. Le Jazz n’est pas mélodique mais plus technique.
Accompagné par une rythmique très présente et qui varie sans cesse son jeu, l’alto s’enflamme suivi du vibraphone qui explore des chemins Be-Bop avec un penchant pour le Free. Au piano, Kenny joue aussi sur quelques dissonances.
“Innocence” est un thème empreint de lyrisme exprimant à la fois espoir et gravité. Sur des arpèges de piano joués avec sensibilité, la mélodie est très touchante. L’alto part dans une improvisation qui commence tranquillement et monte en intensité.
Vibraphone a un phrasé empreint de sensibilité tandis que le piano cherche des chemins tortueux mais intéressants.
Le quatrième morceau du disque est un Blues dont l’alto joue le thème. Le vibraphoniste Steve Nelson fait claquer ses lamelles pour faire sonner des phrases cool. Immanuel Wilkins joue parfois out et montre ainsi sa maîtrise de l’harmonie. Tel un grand sage, Kenny Barron joue un solo dans lequel les respirations sont nombreuses. Le contrebassiste lance des notes de velours avant que le thème ne soit repris.
Le Swing énergique sur “Tragic Magic” sert cette superbe mélodie qui donne l’impression d’écouter un standard. La mélodie sur trente deux mesures, crée l’émulation chez les musiciens et notamment chez le saxophoniste qui part de suite dans des phrases punchy en s’enflammant au fur et à mesure du solo. Le vibraphone de Steve Nelson très fluide passe le relais au pianiste qui est toujours aussi captivant. Kenny Barron se renouvelle, explore de nouvelles directions. Jonathan Blake a une frappe légère malgré la dynamique.
Le morceau éponyme est une ballade qui inspire la sérénité. Le thème est joué par l’alto et le vibraphone. Le souffle du saxophone est léger.
Le pianiste reprend un autre standard “Softy As In A Morning Sunrise” dont une version historique est celle de John Coltrane au Village Vanguard en 1961. Le pianiste en trio déroule des phrases sur un tempo rapide en toute décontraction.
“Sunset” est une composition qui mêle l’étrange et la torpeur. Autour d’une ligne de basse et des accords de piano, le saxophoniste expose le thème qui s’étire.
Le vibraphone magnifique sort le premier pour une improvisation dans un climat de calme. Il trouve des sonorités Bluesy grandioses.
Le sax avec une sonorité magnifique va chercher des aigues donne le sentiment de faire pleurer le saxophone. Enfin, les doigts de Kenny caressent les touches qui sonnent un peu métallique. Autour de la partie de contrebasse et de piano, le thème magnifique revient.
En conclusion, on reste sur des notes optimistes en compagnie du thème “We See” joué par le piano et le saxophone. Les croches swinguent bien tout au long de ce thème, dont la structure est de trente deux mesures. L’alto est souple, il sort des phrases joyeuses aérées et puis s’oriente un peu plus vers des passages techniques. Kenny Barron jongle entre accords et notes simples et ne perd rien du swing.
Le pianiste est vraiment Monkien, pas de hasard, Thelonious est un de ses grands maîtres. Dans plusieurs solos il est presque Free et j’entends dans cet album des sonorités que je n’ai pas entendues par le passé.
La présence d’Immanuel Wilkins amène de la fougue, le vibraphone de Steve Nelson joue Be-Bop mais avec douceur et Kenny Barron trouve encore des chemins nouveaux dans les improvisations.

L'histoire de tous les Jazz

SUR LA ROUTE DU JAZZ/ AL JARREAU ENTRE SOUL ET JAZZ

Vers la fin des années 60, après quelques années d’études en psychologie, Al Jarreau commence à se produire dans des émissions télé. Il fait la connaissance du pianiste George Duke avec lequel il se liera d’amitié. Al Jarreau chantait profondément le Jazz comme le symbolise son disque de 2004 “Accentuate

Lire la suite

INFO TRISTESSE/ HOMMAGE A SYLVAIN LUC

Quel adjectif utiliser pour qualifier le guitariste Sylvain Luc ? Exceptionnel, grandiose, stratosphérique. Les termes sont à la convenance de chacun, mais l’opinion est unanime : sa patte et son apport à la musique sont incontestables.Jouant depuis son enfance, la musique coulait dans ses veines. En famille, il fait des

Lire la suite

INFO TRISTESSE/ SYLVAIN LUC 1965-2024

C’est une nouvelle d’une immense tristesse qui est tombée aujourd’hui.Le guitariste Sylvain Luc nous a quittés la nuit dernière.Immense musicien, son style unique et son approche de la guitare allaient bien au-delà de cet instrument.Pour ce premier hommage à ce musicien d’exception, un concert d’août 1999 au Festival de Marciac.

Lire la suite

SUR LA ROUTE DU JAZZ/ GILBERTO GIL

Il fut Ministre de la Culture de 2003 à 2008 au Brésil, mais il est surtout connu pour son œuvre et ses chansons.Démarrant sa carrière en 1967 par l’album « Louvacao », on entend un jeune homme poussé par une énergie débordante et des cuivres harmonieux qui interviennent avec précision.La rythmique est

Lire la suite

SUR LA ROUTE DU JAZZ/ LATIN JAZZ/ MONGO SANTAMARIA

Il avait mis le pied à l’étrier à l’un des plus grands pianistes de Jazz. Je découvris Mongo Santamaria par Chick Corea qui lors d’une interview, expliquait que le percussionniste Cubain l’avait engagé en 1962.Ce percussionniste était une grande figure du Latin Jazz un pionnier.Sa carrière commence au début des

Lire la suite

SUR LA ROUTE DU JAZZ/ CARLOS PATATO VALDES

Carlos Patato Valdes était un grand joueur de congas, il est connu pour accorder ses fûts.
Il naît à Cuba et vient aux Etats Unis dans les années 50 où il commence à jouer avec Dizzy Gillespie, les percussionnistes Mongo Santamaria et Machito.
En 1967, il sort son premier album en compagnie d’Eugène Arango, un autre percussionniste et chanteur. Le rythme gronde lentement sur “Mas Que Nada”.
Les rythmes des percussions se superposent. Les percussions intensifient leur jeu sur “Ingrato Corazon”.
Tantôt le jeu est puissant tantôt doux avec des nuances et des subtilités.
On retrouve l’intensité sur “Caridad Malda”.
Dans la carrière du percussionniste, on peut parler de “Masterpiece” datant de 1993.
Un morceau comme “Adios Pampa Mia” relativement simple est une jolie mélodie jouée à la flûte, agrémentée des percussions au rythme apaisant, qui montent en intensité à la fin du morceau.
Sur le morceau “Cute” le saxophone à la sonorité bien métallique dialogue avec la percussion. La conga de Patato est très variée dans le jeu.
Sur des ambiances apaisées comme sur “Reflexionando” le jeu est minimaliste et précis.
La version de “Nica’s Dream” laisse s’exprimer les percussions qui bien entendu s’inscrivent dans le contexte Cubain. La partie swing du thème est jouée latin dans les solos.
Rythme régulier et festif sur le morceau “El Montino de Patato”.
L’album en 1995 intitulé “Ritmo y Candela” dans lequel participent Changuito et Orestes Vilato montrent que “Patato” place ses interventions où il veut.
Sur une autre piste “Los Maestros Hablan” la conga arrive doucement en finesse. Des rythmes se déploient petit à petit pas complexes.
“Desde Del Fondo Del Rio” est plus énergique, j’entends même du groove sur ce thème joué à la flûte et accompagné avec précision par le piano. Les cellules rythmiques que déroule les percussions.

En 2000, avec à ses côtés Hidalgo et Candido, il sort “The Conga Kings”. La conga est souple, vive, énergique et les chansons conviviales. Patato était un percussionniste aux nombreuses nuances. Sur le titre “Avisale A Mi”, les rythmes sur la conga sont nerveux toniques, on entend des débits élevés

En tant que sideman, Carlos jouera sur le disque de Kenny Dorham de 1955 “Afro Cuban”
Sur “Afrodisia” la tourne est énergique mais sobre du point de vue de la frappe. On entend des accentuations sur le 2 et 4éme temps le rythme étant entre binaire et ternaire.
En ce qui concerne le morceau tranquille “Lotus Flower” j’entends un rythme simple en croches. La percussion est plus variée et dynamique sur “Minor’s Holiday”. On entend des syncopes et un rythme plus dense.
Le trompettiste reprend un morceau de Gigi Gryce intitulé “Basheer’s Dream”. L’énergie est au rendez vous, le percussionniste intervient avec justesse et discrétion.
Le joueur de congas participa à de nombreuses sessions aux côtés d’autres grands artistes de Jazz comme le flûtiste Herbie Mann mais aussi le batteur Art Blakey sur Orgy in Rythm et le guitariste Grant Green “Latin Beat”.
L’album d’Art Blakey tourne autour de la batterie et des percussions qui sont explosives sur “Buhaina Chant”. “Ya Ya” est une immersion dans les racines, celles de l’Afrique et des Caraibes. Les chants sont hypnotiques.
Le solo est d’une grande régularité sur “Toffi”.
Carlos Patato est aussi à l’aise sur des rythmes qui swinguent.
Sur “Mambo Inn” on entend le congas qui joue sobre. Le percussionniste se laissera emmené vers l’horizon du Soul Jazz si vous écoutez “Boogaloo In Room 602” de Willy Bobo. Les congas sont d’une grande énergie sur “O’Man River” comme sur “The Breeze And I”.
Le percussionniste jouera sur un disque aux accents latins celui du pianiste Duke Pearson intitulé “The Phantom” en 1968.
La composition éponyme est énigmatique. Au milieu des accords de piano et des notes de vibraphone, la conga déroule un rythme envoûtant.
Carlos Patato proposait une grande variété de rythmes joués avec précision et énergie. Roi de la conga, il jouait de nombreux rythmes dynamiques et variés.