Post Jazz

SUR LA ROUTE DU JAZZ/ LE WEST COAST JAZZ/ BUD SHANK/

Avec Paul Desmond, Bud Shank est l’autre grand altiste de l’ere Cool, représentée en partie par des musiciens de la West Coast. Jouant dans l’orchestre de Stan Kenton, il fit également partie du groupe du batteur Shelly Manne. Altiste à la sonorité émouvante, je vous propose d’écouter cet album enregistré en 1959, pour le film « Slippery When Wet ». Pour commencer, le saxophoniste vous propose un Blues. « Mook’s Theme » morceau très tranquille nous détend. Le guitariste Billy Bean grand prodige de la guitare nous étonne par ses cheminements dans l’impro. Le nom « Surf Pipers » est bien choisi, tant la flûte et les balais du batteur se caressent. Ballade bluesy que ce morceau « The Surf And I ». Le doublement à la croche est savoureux. Les morceaux ne sont pas très longs, mais les rythmes et les mélodies sont joués avec douceur. Tantôt à la flûte, Bud Shank nous apaise par son souffle. Billy Bean montre son sens de l’originalité avec un renouvellement permanent de son discours. Le thème « Surf For Two » joué à la contrebasse et à la guitare regorge de swing. Le son de Gary Peacock est bien lisse et sa ligne soutient bien les solistes. Sur un tempo up swing, la flûte et la guitare jouent ensemble le thème « Slippery When Wet », à la suite duquel ils s’élancent dans une course aux solos. Joli blues que « Going My Eave » joué à la flûte. Beaucoup de fraîcheur ressort de cet album notamment du thème « Old King’s Nep’sTune ». La walkin bass est bien dans l’esprit avec « Walkin’ on the Water ». Le déroulé des notes de Billy Bean impressionne par sa fluidité. Sur le dernier morceau « Soupsville », le contrebassiste Gary Peacock attaque les notes avec une belle rondeur et une justesse extrême. La grandeur de ce disque se trouve dans l’équilibre entre le langage Be-Bop et la douceur des sonorités des différents instrumentistes.

Lire d'autres Posts Jazz

Jazz