SUR LA ROUTE DU JAZZ/ LA VOIE VERS LE FREE

LA VOIE VERS LE FREE/ ERIC DOLPHY

Dans cette rubrique, nous avions déjà écouté Eric Dolphy en sideman aux côtés d’Oliver Nelson sur l’album « The Blues and The Abstract Truth ». Le solo de flûte sur « Stolen Moments » avec un son feutré est un moment magique. En leader, celui qui est aussi altiste et clarinettiste basse, explore des paysages harmoniques nouveaux avec beaucoup de phrases « out ». Il signe des enregistrements live avec le trompettiste Booker Little qui sont des incontournables. Ce titre Booker’s Waltz écrit pour celui- ci est une valse mélodieuse qui fait plus penser à un 6/8, avec une structure classique de 32 mesures. Le trompettiste déroule des phrases avec beaucoup de technique, un vocabulaire Be-Bop, et une sonorité lisse. La clarinette basse d’Eric Dolphy est rugueuse, les phrases sont dans l’harmonie, mais ses échappées fougueuses deviennent des phrases enflammées. Les flots de notes sont denses. Le clarinettiste en état de transe. Le solo de piano de Mal Waldron commence par une séquence toute en accords. Son style presque Soul est en contraste total avec celui de Dolphy. Certaines touches du piano sont fausses, ces imperfections apportent de la spontanéité. La contrebasse est d’une précision impressionnante. Cet enregistrement de 1961, est une avancée considérable vers le Free Jazz, et fait d’Eric Dolphy est un des leaders de ce nouveau courant.