SUR LA ROUTE DU JAZZ/ JOHN COLTRANE

JOHN COLTRANE L’INCLASSABLE/ A LOVE SUPREME

Musicien hors normes, « Trane » était considéré par Miles Davis comme le plus grand saxophoniste de Jazz après Charlie Parker. Nourri au Be-Bop, le prodige originaire de Philadelphie jouait des phrases limpides avec un son puissant et une technique éblouissante. Ses compositions et son jeu furent une révolution majeure pour le Jazz. En effet, le saxophoniste va très loin dans les explorations harmoniques. Après avoir repoussé les limites du Jazz tonal avec des compositions comme « Naima » « Giant Steps » et « Countdown », Coltrane se lance dans le Jazz Modal, et déroule de longues improvisations à partir d’un seul accord joué pendant plusieurs mesures. En Décembre 1964, le saxophoniste enregistre l’album « A Love Supreme », une suite en quatre mouvements. Sur le premier, aux crépitements des cymbales, s’ajoute le sax ténor qui dès les premières notes exprime l’espoir, avec ce souffle si particulier. Sur les trémolos de piano, Jimmy Garrison lance une ligne de contrebasse sur un motif pentatonique et rentre ainsi dans l’histoire. Les placements subtils des accords de piano donnent l’occasion au saxophone d’invoquer l’ esprit Blues et de s’évader vers des phrases out. « Resolution » le second mouvement est empli de gravité. Sur un tempo médium up joué avec beaucoup de finesse par Elvin Jones, la mélodie évoque la souffrance. Le quartet conjugue la modernité de la musique modale en puisant dans les racines comme le blues et les spirituals. Elvin Jones commence tout seul le troisième mouvement »Pursuance ». À partir d’un motif tout simple mais d’une grande intensité, Coltrane transmet le relais à Mcoy Tyner qui part en premier en improvisation. Les phrases limpides montrent la technique et la maîtrise harmonique de ce pianiste âge de 25 ans seulement. Les notes se succèdent les voicings sont lourds. Le saxophoniste en impro rentre comme un ouragan. La contrebasse finit le morceau toute seule et annonce la partie suivante « Psalm », qui s’apparente à du recueillement. Le morceau est comme une marche funèbre. « A Love Supreme » est dans la continuation de Crescent enregistré quelques mois auparavant. Cet album sera le plus grand succès de John Coltrane et attirera un public qui va au delà du cercle des amateurs de Jazz. C’est la dimension spirituelle qui envoûtera les auditeurs. Ce disque sera un tournant dans la suite des projets de cet immense saxophoniste. À partir de 1965, l’esthétique des projets de l’artiste sera plus tournée vers le Free, avec la volonté de transcender la sphère purement musicale.