Post Jazz

SUR LA ROUTE DU JAZZ/ LE JAZZ ROCK/ GEORGE DUKE

LE JAZZ ROCK/ DE L’ÉLECTRICITÉ DANS L’AIR/

La rubrique « Sur la route du Jazz » tente de présenter les différents courants de cette musique. Du New Orleans au Jazz Rock, les métamorphoses sont très importantes. Le Jazz Rock est lui même hétéroclite, dans le sens où certains musiciens fusionnent le Jazz avec du Rock, et d’autres s’orientent plus vers la Soul et le Groove, comme nous avons pu l’écouter, sur l’album « Thrust » d’Herbie Hancock. Parlons d’un claviériste, qui occupa une place importante dans cette voie de la fusion. George Duke se passionne pour le Jazz dès son plus jeune âge, quand il assiste à un concert de Duke Ellington. En tant que sideman, il sera membre de la formation de Frank Zappa, jouera avec Cannonball Adderley et co-dirigera un groupe avec Billy Cobham. Écoutons son disque « Reach For It » de 1977. La musique qu’il propose se situe entre rythmes endiablés latins et Funk. L’ambiance est cosmique avec ce synthétiseur, qui introduit l’album, dans un climat angoissant. « Lemme at It » très dynamique, est une succession de motifs joués à haut débit, avec des sons de guitare saturés. Exotisme avec « Hot Fire », où le clavier tourne sur un rythme Sud Américain. Les notes du thème au son saturé, ainsi que les percussions rappellent la musique de Carlos Santana. La température monte au fur et à mesure, le clavier lance des phrases sur fond de percussions incandescentes. Le morceau « Reach For It » est bouillant de funk. Le solo de clavier avec de nombreux motifs bluesy soutenu par la cocotte de guitare, est entraînant. « Just For You » est une ballade entre Soul et Smooth Jazz. Les différentes voix du chœur sont relaxantes et sensuelles. Retour aux percussions et rythmes latino avec le morceau « Omi ». Le son du synthétiseur traduit bien cette sensation de fraîcheur. La mélodie présentée par les voix féminines, est très lancinante. « Searchin’ My Mind » est un thème joyeux. Stanley Clarke fait gronder sa basse sur « Watch Out Baby » avec un slap puissant. Les sonorités de claviers se mêlent bien à l’érotisme des voix. « Diamonds » est un feu d’artifices, un festival de synthétiseurs au rythme endiablé, de carnaval Brésilien, sur lequel les improvisations des claviers nous entraînent. « Bring it Home » est une jolie conclusion par une mélodie pop et quelques pointes blues. Cet album ne brille pas par ses mélodies, mais il est un cocktail agréable de rythmes latins et de groove avec lequel, le claviériste déroule des phrases chaleureuses.

Lire d'autres Posts Jazz

Jazz