SUR LA ROUTE DU JAZZ/ ENTRE STANDARDS ET BE-BOP/ RED GARLAND/ A GARLAND OF RED

Dans cette rubrique, nous explorons les grands artistes des différents courants du Jazz en présentant les albums qui nous semblent majeurs. Entre Blues New Orléans et Jazz moderne comme le Hard Bop ou le Jazz modal, les trésors discographique sont toujours nombreux. Avec cet album « A Garland Of Red », le pianiste Red Garland nous montre comment le Jazz swing et le Be-Bop sont liés. Grand pianiste du Be-Bop des années 50, il fera d’ailleurs partie du quintet de Miles Davis en compagnie de John Coltrane, Paul Chambers et Philly Joe Jones. C’est un vrai plaisir d’entendre ce swing qui crépite sous les balais d’Art Taylor, sur un tempo médium up, dès le premier morceau « A Foggy Day ». Red Garland sur les traces de Hank Jones, laisse la part belle à son contrebassiste Paul Chambers qui joue de belles notes rondes et graves. « My Romance » est une ballade soyeuse et délicate dont les notes au piano sont caressées. Au cours de l’interprétation du morceau de Cole Porter « What is This Thing Called Love », Paul Chambers montre sa maîtrise du jeu à l’archet. Les improvisations du pianiste sont étincelantes comme à chaque fois. Très classique dans le choix du répertoire, ce trio fait honneur à l’esprit du Jazz, le rythme entraînant inspire le jeu du trio. Les racines du Blues sont présentes sur les morceaux comme « Makin’ Whopee ». Nous connaissions la magnifique version « September In The Rain » chantée par Joe Williams. Tels des félins, Paul Chambers se sert à merveille de son archet et Red Garland a le toucher apaisé. Le trio se livre en toute intimité comme on l’entend avec « Little Girl Blue ». N’importe quel tempo est à la portée des musiciens de Jazz. Ils le prouvent à entendre la prouesse technique et rythmique de ce trio sur le morceau « Constellation » signé Charlie Parker. Paul Chambers épouse le Blues en s’illustrant une fois de plus, à l’instar du pianiste qui puise aussi dans le Blues et les flots de pentatoniques, au cours de « Blue Red ». Cet album n’est pas un tournant dans l’histoire du Jazz, mais il constitue une pépite de plus de ce trésor qu’est cette grande musique!