Post Jazz

SUR LA ROUTE DU JAZZ/

QUAND LE JAZZ DEVIENT COOL/

Dans son autobiographie sous forme d’entretiens avec Quincy Troupe, Miles Davis définissait le Cool comme une musique plus sensible et plus émouvante que le Be-Bop.

La musique est plus apaisante, les tempo sont plus lents. Les phrases sont plus aérées, les respirations sont nombreuses. Concernant ce courant, le saxophoniste baryton Gerry Mulligan était un illustre représentant. La sonorité ronde et suave le rendait reconnaissable dès les premiers instants.

Sur cet album  » Night Lights » de 1963, le leader est entouré de gentlemens. GerrycMulligan, le trompettiste Art Farmer et le tromboniste Bob Brookmeyer jouent avec délicatesse tandis que Jim Hall enlace leurs belles phrases d’accords cristallins.

À l’écoute de ce disque, la quête de l’émotion et de l’esthétique est constante.

Lire d'autres Posts Jazz

Jazz