Post Jazz

SUR LA ROUTE DU JAZZ/

QUAND LE JAZZ DEVIENT COOL/

Si les années 40 sont dominées essentiellement par le be-bop, le cool et le hard-bop émergent côte à côte au début des années 50.
Nous avons écouté l’autre soir un morceau du chef de file du hard-bop, le pianiste Horace Silver qui propose une musique blues et chaleureuse.
Avec l’esthétique du Cool, la musique est plus lyrique, les mélodies sont pleines de finesse et de subtilité.
Le trompettiste Miles Davis présente en 1957 une mélodie épurée que Gil Evans sublime par son travail d’orfèvre.
Sur « Miles Ahead » les nappes de saxes, trompettes et trombone créent un univers sonore poétique qui épouse à merveille la sonorité feutrée du trompettiste au jeu minimaliste aéré mais à l’émotion intense.

Lire d'autres Posts Jazz

Jazz