Jazz Infos France

Actus, sorties albums, histoire de tous les Jazz

Post Jazz

REEDITION ALBUMS/ AL COHN JOE NEWMAN/ THE SWINGIN’SESSIONS

S’agissant de ces « Swingin’Sessions » évoquées hier, je tiens à corriger une erreur de ma part. Les enregistrements de 1954 et de 1955 ne sont pas une reedition mais une réédition. Les volumes 2 et 3 de ces enregistrements sont dans la même lignée que le premier. Un swing pétillant, une rythmique et des solistes qui prennent plaisir à interpréter des grands standards et de jolies compositions. Ces sessions ne constituent pas une révolution esthétique mais elles sont plaisantes et agréables à écouter. La sonorité ronde d’Al Cohn et le son feutré de Joe Newman, expriment l’état d’esprit du cool. Entourés par des sidemen comme Dick Katz au piano, les trompettes et trombones scintillent également. Du Blues, des phrases limpides et mélodiques telle est la musique jouée par ce duo trompette saxophone entouré d’une belle équipe. Le volume 2 contient des standards tels « Dream A Little Dream Of Me », « Limehouse Blues », Lullaby Of Birdland », écrite par George Shearing. Les compositions originales sont toujours d’un grand raffinement comme « A Little Song » un thème où les notes de saxophone répondent aux cuivres. Les compositions « Sugar Cohn » et « Cohn Not Cohen » sont un clin d’oeil au saxophoniste ténor. Le volume 3 est aussi un panorama de plusieurs styles de Jazz mêlant celui de l’époque des années 30 et le Be-Bop. La trompette et son effet wha-wha sur « Shameful Roger » amplifient le côté Blues. La ballade est suave avec « Lament For A Lost Love ». Le tempo up pied au plancher vous enflamme sur « Sweethearts On Parade ». Magnifique interprétation de « We’ll Be Together Again » au cours de laquelle les cuivres déroulent un voile sonore agréable. « Little Red » laisse entrevoir une introduction du guitariste Freddie Green. L’accompagnement est certes rudimentaire, mais la rythmique est solide tenace énergique. Le Jazz Cool est plus une façon de jouer le Jazz un état d’esprit où une sonorité particulière est plus importante que la virtuosité des musiciens du Be-Bop. Ces trois volumes sont une belle fresque de l’évolution du Jazz sur trente ans.

Lire d'autres Posts Jazz

Jazz