Post Jazz

NOUVEAUTE ALBUM/ SF JAZZ COLLECTIVE/ NEW WORKS REFLECTING THE MOMENT/

Devenue une institution du Jazz sur la côte Ouest de San Fransisco, le Sf jazz collective est une référence depuis près de vingt ans. Pouvant jouer les compositions des grands Jazzmen, cette formation a vu défiler un bon nombre d’artistes de premier plan, comme les saxophonistes Joshua Redman, Miguel Zenon, le trompettiste Avishai Cohen, Eric Harland ou Stefon Harris.

C’est une autre équipe de renom cette fois ci encore, puisque vous trouvez entre autres Gretchen Parlato David Sanchez et Chris Potter.

L’album débute par une version de « Lift Every Voice » sobre et apaisante,

Le second morceau « Vicissitude » mélange binaire et ternaire avec des variations rythmiques et reharmonisations de haut vol.

Qui est le saxophoniste ? David Sanchez ou Chris Potter. Le son du ténor rappelle celui de Michael Brecker pour notre plus grand plaisir.

L’intention, le timbre, les flots de notes coupent le souffle.

La chanteuse Gretchen Parlato interprète les textes et donne aux mélodies une tournure particulière au niveau des harmonies et des placements rythmiques. Elle revisite le standard « Throw It Away ».

La composition « 8’46 » est empreinte de noirceur la voix exprime errance souffrance. D’après DownBeat Magazine ce titre est un hommage à George Floyd.

Martin Luther McCoy autre vocaliste de l’ensemble nous surprend également par le timbre et le style.

Sa voix ainsi que les arrangements instrumentaux sur « What’s Going On » sont très subtils.

La composition de Matt Brewer « The Sower », est un thème lyrique et puissant mettant en relief l’absurdité l’incompréhension de certains événements de la vie d’aujourd’hui. La finesse de la voix amplifie cette gravité.

La tornade sonore culmine avec David Sanchez sur « Ay Bendito ». D’abord, Edward Simons livre un solo intense où les phrases alternent entre voicings à la Hancock et passages en single notes. Le saxophoniste ténor rugit en solo, le batteur Kendrick Scott déroule une improvisation punchy.

« Can You See » est une sorte d’interlude, où les motifs mélodiques sont joués par le piano les reeds la trompette et le vibraphone.

Magnifique est le ténor qui démarre seul sur « Mutuality ».

Sur des accords de piano les riffs des cuivres se lancent, la batterie développe un rythme qui emporte tout et la trompette improvise un solo bien blues.

Sur « All There Inside » le dialogue des voix est très émouvant d’autant que les sax et la trompette jouent des tenues évoquant finesse et douceur. Au milieu, une impro de vibraphone émouvante avant que les voix ne s’harmonisent.

Pour terminer cet enregistrement, Martin Luther McCoy et l’orchestre sont plus Soul et groove.

Le bassiste Matt Brewer joue un solo bien clair et fluide pour laisser place aux saxophonistes qui s’éclatent littéralement.

Sur des arrangements intéressants et complexes les thèmes de cet album sont mélodiques et les solistes énergiques.

Avec ce projet, le SF Jazz Collective confirme qu’il est un groupe incontournable de ces dernières années.

Lire d'autres Posts Jazz

Jazz