Post Jazz

NOUVEAUTÉ ALBUM/ JIMMY GREENE

JIMMY GREENE/ WHILE LOOKING UP/

L’album commence avec une version de « So in love » signée Cole Porter avec un rythme latin entraînant. La sonorité nostalgique du soprano et de la guitare nous charment dès les premiers instants. Sur le second morceau  » No Words », la tourne de basse et de clavier électrique en 5 temps installe un climat intrigant comparable à celui d’un polar. Le saxophone s’invite avec des intonations blues.Place au Jazz Rock avec « Always there ». Sur l’introduction, la tension est au rendez vous avec la cocotte de guitare et la contrebasse. Le groove monte en puissance, l’urgence est palpable avec l’expose du thème. Les solos sont de quatre mesures et chaque instrumentiste se relaie. Les phrases de vibraphone de guitare piano et saxophone sont très précises au niveau du rythme et limpides pour les notes. « April 4 th » a été écrit par Jimmy Greene pour sa fille disparue. Les nappes de cuivre sont sobres et cristallines et malgré les raisons douloureuses de l’écriture de ce morceau, l’espoir est palpable. »Good morning heartache » est très sensuel, le sax a un son chaleureux. « Steadfast » commence avec quelques notes de piano caressées par Aron Goldberg et des arpèges langoureux de guitare de Lage Lund. Le thème joué au soprano nous apaise. »Overraction » est peut être le thème de l’album le plus difficile à écouter avec un thème contenant beaucoup de chromatismes.La guitare de Lage Lund à la fin du morceau est aérienne par la fluidité des phrases et un son proche de celui de Kurt Rosenwinkel. La reprise de la chanson de Whitney Houston « I wanna dance with somebody who loves me » est métamorphosée avec cette version toute en douceur. « While Looking up » nous transporte, les notes de la mélodie sont espacées la musique respire. Le disque se clôture avec un thème à l’ambiance gospel en 6/8 très cool. Après un solo de contrebasse de Reuben Rogers qui puise dans le blues, le solo de sax poursuit dans la même voie. Les mélodies ne sont peut être pas grandioses mais la très belle sonorité des instrumentistes leurs nuances, laissent entendre une belle émotion et sensibilité.

Lire d'autres Posts Jazz

Jazz