NOUVEAUTÉ ALBUM/ HARVIE S/GOING FOR IT

Le label Savant publie l’enregistrement d’un concert datant de 1985, au cours duquel le contrebassiste Harvie S est entouré du guitariste Mike Stern et du grand batteur Alan Dawson. Ce dernier joua entre autres avec les esthètes du Jazz Cool, Gerry Mulligan, Dave Brubeck ou Paul Desmond. Ce trio magnifique passe trois soirées consécutives dans un club de Cambridge. Jouer avec la légende de la batterie pendant trois soirs fut pour le contrebassiste et le guitariste, une merveilleuse opportunité. Celui qui enseigna à Tony Williams, Terry Line Carrington ou encore à Vinnie Colaiuta avait un jeu souple, que cela soit à la baguette et aux balais. Les trois jazzmen reprennent des standards du Jazz Moderne de John Coltrane à Chick Corea en passant par Horace Silver, mais aussi des thèmes plus classiques comme « Like Someone in Love », « On Green Dolphin Street », « Softly As In A Morning Sunrise ». Le trio vous séduira par un swing croustillant, des belles notes de contrebasse de guitare et une batterie chaleureuse. Sur le thème « On Green Dolphin Street », la guitare sonne comme du cristal. « Softly As In A Morning Sunrise » est pris à toute vitesse. Le solo de guitare à l’énergie Hendrixienne est une improvisation aux débits de notes très élevés. À la suite de ce solo de feu, le contrebassiste se retrouve tout seul et joue des doubles notes sans tenter dans un premier temps de phraser véritablement. Certains passages sont lyriques. La ballade d’Horace Silver « Peace » donne l’occasion de ponctuer ses phrases de voicings langoureux accompagnés d’un drive fin et d’une contrebasse qui tourne bien. Hommage à Coltrane avec la reprise de « Moment’s Notice », où la rythmique joue pied au plancher pour laisser Mike Stern lâcher ses phrases aux articulations chromatiques, typiques du Be-Bop. Mise à part la vélocité hallucinante, Mike aime bien rester sur un voicing pendant plusieurs mesures et s’évade par moments vers les aigus. La douceur du toucher de guitare sert à merveille la mélodie en trois temps de Chick Corea devenue un standard, « Windows ». A 1’15 la guitare pleure, les renversements d’accords alternent avec les motifs en single notes. Il part en double notes en quarte, l’interaction avec la batterie à 3’14 nous tient en haleine. « Bruze » la seule composition originale écrite par Mike Stern est un thème au tempo médium. Encore une fois vous partirez sur les voies du Swing. Les flots vous renverseront surtout quand Mike actionne la saturation à 3’41 et lance ses bends endiablés. Si Harvie S et Mike Stern avaient déjà joué ensemble, la rencontre avec Alan Dawson se fit quasiment sur scène, quelques instants avant de jouer. C’est un bœuf de très grande qualité que Savant à décidé d’immortaliser.