NOUVEAUTÉ ALBUM/ HARRY CONNICK JR

HARRY CONNICK JR/ A CELEBRATION OF COLE PORTER TRUE LOVE/

À voir cet énième hommage au grand compositeur de standards, on peut penser que l’album ne présente guère d’originalité.
Combien d’albums ont été faits en hommage à Cole Porter, combien de ses standards ont été repris par d’immenses interprètes.
Le crooner cool à la voix si décontractée est entouré d’un Big Band époustouflant, avec des arrangements nombreux et variés.
Le disque démarre avec le morceau « Anything goes » pris dans un tempo médium up et joué avec un swing impeccable très « straight ».
Les interventions de cuivres sont tres présentes.
Sur le morceau « I love Paris » solos de clarinette, saxophone, et trompette se succèdent.
« Just one of those things » illustre la variété des arrangements de cuivres
Le romantisme et la douceur règnent su « Mind if I make love to you ».
Avec  » Begin the Biguine », le chanteur pianiste montre son attachement à la tradition du stride.
Le morceau « You do something to me » en clôture du disque, apporte une touche latine salsa
Ce « True Love » détend l’auditeur ou l’on entend un jazz à la fois accessible et de qualité.

ACTU JAZZ/

Dans le cadre de la cérémonie des Grammy Awards qui s’est déroulée dimanche, nous avons comme meilleur solo de l’année celui du trompettiste Randy Brecker.
Et dans la catégorie « Latin jazz » nous retrouvons le pianiste Chick Corea avec « The Antidote ».

https://www.jazzradio.fr/news/musique/36184/jazz-les-laureats-du-grammy-awards-2020?fbclid=IwAR290Y1uNK1CV8Ak21XQ31MR4HsMGVsQurdI7A7uxQ7SCZE6tGDFGM9NA1Q

ACTU CONCERT/

AUBREY LOGAN

Le samedi 8 février, la jeune chanteuse tromboniste se produira dans le convivial Jazz Club Etoile.
Cette artiste a la pêche et si vous regardez quelques vidéos de ses performances, on s’aperçoit qu’elle a le swing en intra-veineuse.
La soirée promet d’être très cool.

SUR LA ROUTE DU JAZZ/

On présente dans cette rubrique les pionniers ,les fondateurs de cette musique et nous parlerons aussi de ceux qui l’ont transformé, des grands interprètes ainsi que des grands compositeurs.
Ce soir nous évoquons le cornettiste Buddy Bolden, qui naquit à la Nouvelle Orléans en 1877.
Il devint professionnel en 1895, intégra le style ragtime pour le mélanger au New Orléans déjà en éclosion au cours de la première décennie du XX ème siècle.
Nous n’avons pas d’enregistrements de son orchestre, mais des grands noms comme Louis Armstrong ou King Oliver furent influencés par lui.
Écoutons cet hommage de Jelly Roll Morton avec sa composition « Buddy Bolden’s Blues » et l’ambassadeur actuel du jazz Wynton Marsalis qui l’interprète en duo avec un tuba.

NOUVEAUTÉ ALBUM/ MARC COPLAND

MARC COPLAND/ AND I LOVE HER/

Le pianiste Américain montre une fois de plus sa maîtrise de la reharmonisation.
Sur des thèmes comme « Afro Blue » Cantaloupe Island », le pianiste triture les accords en profondeur, et interagit magnifiquement avec la contrebasse de Drew Gress et la batterie de Joey Baron.
Sur « And I love her », la sensibilité du toucher est à son paroxysme.
La composition « Love Letter » est une valse très intrigante.
Les compositions originales comme « Day and night » mêlent émotion du toucher à l’abstraction harmonique.
Enfin avec le standard « You do something to me » qui clôture le disque, le trio revient aux sources en célébrant le swing!

SUR LA ROUTE DU JAZZ/

Ce soir on s’écoute la composition »The ragtime drummer » écrit par le batteur James I en 1912.
Avec ce marching Band, on est ici au carrefour entre le ragtime et ce qui deviendra le style New Orléans.
La caisse claire est bien mise en avant. Ses interventions sont le fil conducteur du morceau et créent un effet de dialogue avec les instruments mélodiques.

ACTU CONCERT/

LAURENT COULONDRE TRIO

L’émission « Live à Fip » retransmettra en direct le concert de plusieurs artistes le jeudi 6 février.
Sur la scène de la Friche Belle de Mai, le pianiste Laurent Coulondre jouera son projet en hommage à son idole Michel Petrucciani.
Sur les traces de son maître, le pianiste rendra un bel hommage à ce grand improvisateur et compositeur disparu trop jeune, qui alliait émotion mélodique et virtuosité.
Avec cet album « Michel on my mind », Laurent Coulondre s’immerge dans cet univers aux grandes mélodies et montre sa grande sensibilité dans les improvisations.
Vous écouterez « Memories of Paris », notamment la phrase à 1’32 où le pianiste est en lévitation absolue!