NOUVEAUTÉ ALBUM/ JON BOUTELLIER

JON BOUTELLIER ON THE BOTH SIDES OF THE ATLANTIC/

Le jeune saxophoniste ténor s’entoure sur cet album de musiciens Américains et Européens.
Le pianiste Kirk Lightsey insuffle son groove léger sur les morceaux « Maybe September » et « Blues on the Corner ».
Sur « Save that time » la voix fragile de la chanteuse Celia Kameni se mêle bien au interventions de trompette.
Sur « Black » signé Cedar Walton, le jeune trompettiste Belge Jean Paul Estievenart y ajoute son phrasé fluide et sa sonorité franche.
Sur plus de la moitié des morceaux, le directeur musical du « Amazing Keystone Big Band » joue en trio avec le batteur Kyle Poole et le contrebassiste Alex Claffy, comme le faisait Sonny Rollins en 1957 avec Wilbur Ware et Elvin Jones.
Même si il n’innove pas, l’album est convivial et le swing est au rendez vous.

ACTU CONCERT/

BRAD MEHLDAU LARRY GRENADIER JEFF BALLARD/

AIX EN PROVENCE/ VENDREDI 13/03/ 2020

Le pianiste Américain s’arrête au Grand Théâtre de Provence pour deux soirées exceptionnelles.
Il sera entouré de deux compagnons de longue date.
Le contrebassiste Larry Grenadier au jeu limpide et discret, et le batteur Jeff Ballard au jeu si varié et interactif sur le plan rythmique, mettront en relief la finesse et le feeling du pianiste.

SUR LA ROUTE DU JAZZ/

LOUIS ARMSTRONG AND HIS HOT FIVE ONCE IN A WHILE/

Nous avons évoqué le ragtime et le blues, qui ont permis de récolter les premières formes de jazz, le Dixieland et le New Orleans.
A propos de des ces deux styles, quelques grands bâtisseurs ont été évoqués.
Rendons hommage ce matin à celui qui est peut être le musicien le plus connu de l’histoire du Jazz et qui a été son meilleur ambassadeur.
Le trompettiste et chanteur Louis Armstrong sillona le monde entier pour faire connaître cette grande musique.
Avec ce morceau « Once in a While » enregistré en 1927, Louis et son « Hot five » jouent du jazz New Orléans enjoué.

ACTU JAZZ/

SIMON OSLENDER/

Place au jazz funk ce soir avec le jeune pianiste allemand Simon Oslender.
À l’écoute de « Warehouse », le Smooth règne sur cet album, avec une forte dose de de groove.
Le thème est écrit dans un style proche de celui de Michael Brecker.

https://www.fip.fr/jazz/about-time-le-groove-naturel-de-simon-oslender-17611?fbclid=IwAR1vSLSheowqIYZDPDAD6oKWhu7AU9lYmQaqch4Uhpw0TxB9viBdTaKGCrQ

NOUVEAUTÉ ALBUM/ YES TRIO

Aron Goldberg Omer Avital et Ali Jackson se réunissent en trio au service du swing.
Bon début de journée avec ce disque qui n’est pas révolutionnaire mais qui donne de l’énergie!
Ecoutons ce  » Groove du jour  » qui rappelle le jazz palpitant des « Three Sounds » d’Errol Garner et Oscar Peterson.

INFO TRISTESSE/ LYLE MAYS

RIP LYLE MAYS/

Depuis longtemps, j’espérais que les retrouvailles entre les deux fondateurs du groupe qui fut au sommet du jazz pendant vingt cinq ans, se réaliseraient.
Nous n’écouterons plus le Pat Metheny Group et cette alliance magique entre le pianiste et le guitariste.
Lyle Mays nous a quittés hier lundi 10 février.
Son toucher si fin et délicat, son phrasé élégant et romantique, faisait de lui un des plus grands pianistes de jazz.
Il marchait dans les traces de Bill Evans.
La découverte du Pat Metheny Group en 1993 avec le disque « The Road to You » à changé ma vie.
Les solos de piano sur » First Circle » et « Half life of Absolution » sont d’une grande poésie.
Avec le double live « Travels » et la composition « San Lorenzo » nous partons en voyage.
Le disque « Street Dreams » renferme de magnifiques sonorités.
Avec sa composition  » Bill Evans » qu’il joue en trio avec Marc Johnson et Jack Dejohnette la sensibilité est à l’état pur.
Écoutons une version live de « San Lorenzo » la toute première composition du « Pat Metheny Group ».