Jazz Infos France

Actus, sorties albums, histoire de tous les Jazz

Post Jazz

NOUVEAUTÉ ALBUM/ERIC BIBB/ DEAR AMERICA

« Dear America » est notre première chronique de disques de l’année 2022 même si cette merveille a déjà quelques mois. Le toucher d’Eric Bibb est tout en finesse et ses arrangements de guitare doux et subtils. L’ouverture par « Whole Lotta Lovin » distille de délicatesse. La contrebasse de Ron Carter enrobe les arpèges de guitare. Les sonorités de guitare acoustique sont originales tandis que la guitare électrique rugit grâce au slide. La guitare d’Eric Gales sur « Whole World’s Got The Blues » fusionne avec un riff à la Robert Johnson. Le solo de guitare électrique ainsi que les accords choisis ne sonnent pas comme la plupart du répertoire Blues. Le riff de la chanson qui donne son titre à l’album est plus classique. « Dear America » exprime les interrogations du musicien sur son pays. Les thématiques du passé récent hantent encore la Société Americaine. Le duo avec Chick Campbell est plus groove plus entraînant. L’espoir ressort de la chanson suivante « Tell Yourself ». Le chanteur s’efforce de chercher l’originalité sur les parties de guitare. Les arpèges évoquent la fragilité et la souffrance sur « Emmett’s Ghost ». La contrebasse de Ron Carter enveloppe chaleureusement le chanteur. « White And Black » est une très belle mélodie soutenue par les voix fines. Eric Bibb joue bien le picking et montre une fois de plus ses talents de mélodiste. Les racines du Blues refont surface agrémentées d’un rythme groove sur lequel l’harmonica enflamme la toile sonore. Sur la seconde partie, le riff de guitare acoustique subtil groove à souhait d’autant plus que les cuivres ponctuent par de brèves interventions toujours bien placées. Soul et Groove s’invitent au cours du magnifique « Love’s Kingdom ». Les voix se marient très bien entre elles, la basse déroule un walkin qui met en confiance. Les motifs de guitare sont toujours très subtils la caisse claire crépite le swing est heureux. Vous entendrez l’optimisme et l’espoir au cours du titre final « One Ness Of Love » en compagnie de Lisa Mills. Eric Bibb compose treize morceaux très variés, puisant dans le Blues, la Folk et la Country. Sur des sujets graves, la sobriété et la justesse dont il fait preuve dans le choix des mots, se reflète également dans sa musique. Eric Bibb me fait penser à Bill Frisell par ses paysages sonores apaisants. Cet album est tout simplement magnifique.

Jazz